Aquarelles Bambous d'Aquarel-art L'art de l'aquarelle

Apprendre à poser des rehauts :
Initiation - Un décor champêtre.

Plein écran F11

INITIATION A L'AQUARELLE
Apprendre à poser des rehauts
(ou comment réserver les blancs du papier)


UN DECOR CHAMPETRE en 17 étapes
Ce tableau est intéressant à plusieurs égards :

- ne serait-ce que pour l'enchevêtrement d'herbes et de graminées en bordure de route qui lui donne tout son charme. (à travailler très minutieusement)
- l'idée de vue en contre-plongée avec la ligne d'horizon placée très haute et le premier plan du tableau proche du spectateur de façon à donner l'impression de nous trouver sur un chemin en contrebas et d'apercevoir le paysage au travers des fleurs sauvages sur le haut du talus.
 
  
LE MATERIEL
- pinceaux aquarelle
- une plume
- masque liquide "drawing-gum"
- 2 pots à eau
- palette pour mélanger les couleurs
- papier aquarelle tendu
- éponge ou essuie-tout
- crayon et gomme

LES COULEURS 
- godets ou tubes d'aquarelle 
bleu de cobalt
vert de vessie
jaune de cadmium citron
rouge de cadmium
ocre jaune
terre d'ombre naturelle



DESSIN :
- esquissez rapidement les contours du paysage

ETAPE 1 :
- définissez les grappes de fleurs, les graminées et les herbes claires du premier plan à l'aide d'une plume
- appliquez le masque liquide en fines touches sur les fleurs du cerfeuil sauvage et les brins d'herbe qui reflètent la lumière.
rappel - Le rehaut : est l'art et la manière de préserver les zones blanches, qui donnent de la luminosité à une aquarelle.
Le blanc ne figurant pas sur la palette de l'aquarelliste, on le préserve d'emblé sur la feuille
Il est donc capital avant d'aquareller, de tout prévoir et de tout planifier.
C'est pourquoi les zones blanches de l'aquarelle achevée, sont celles du papier laissé vierge.

"LES MASQUES" Consiste à masquer les zones à laisser vierges de sorte que la peinture ne puisse les recouvrir.

RAPPEL : LA TECHNIQUE DES REHAUTS : Le masque liquide
Est l'un des types de masquage les plus couramment utilisés ; conditionné en flacon, légèrement teinté, il s'applique avec un pinceau, une plume, ou en le projetant avec une brosse à dents pour obtenir un effet aléatoire sur le papier aquarelle parfaitement sec.
Le produit durcissant au séchage, il est impératif de rincer sans tarder les instruments ayant servi à l'appliquer
Un passage préalable dans l'eau savonneuse facilité le nettoyage.
Après avoir achevé l'aquarelle et quand la peinture est parfaitement sèche, retirez le masque en le frottant doucement avec le doigt pour révéler le papier blanc qu'il recouvre.


APPLICATION
- Mouillez les poils du pinceau et badigeonnez-le de savon.
- Appliquez au pinceau ou à la plume le masque liquide comme s'il s'agissait de peinture.
- Laissez sécher le masque liquide, puis couvrez-le d'un lavis.
- Quand la peinture est parfaitement sèche, retirez le masque en le frottant avec le bout du doigt. 
 
 ETAPE 2 :
- préparez du bleu de cobalt
- mouillez toute la surface du ciel
- posez la couleur sur le papier encore humide par petites touches de couleur
ETAPE 3 :
Cherchez à recréer les nuages cotonneux que l'on voit parfois, dans un ciel d'été en "décollant" la peinture humide à l'aide d'un morceau d'éponge naturelle.
Sur un papier de bonne qualité cette opération ne présente aucune difficulté, le pigment se décolle aisément, laissant apparaître le blanc du papier.
 ETAPE 4 :

- sur papier humidifié
- préparez un mélange de jaune de cadmium citron et une pointe de bleu de cobalt
- couchez un lavis en aplat à gauche du premier plan
- appliquez quelques traînées de même couleur dans le bas du premier plan pour suggérer l'enchevêtrement de la végétation.
ETAPE 5 :
Traitez l'espace comme une simple zone de couleur.
Le léger lavis à ce stade permettra de construire la tonalité voulue, par une série de couches légères qui donneront au tableau de la profondeur. 
 ETAPE 6 :
- préparez un mélange de jaune de cadmum citron avec une pointe d'ocre jaune
- sur papier humidifié
- couchez un lavis en aplat à droite du premier plan 
(idem étape 4)
- le papier étant encore légèrement mouillé
- appliquez un lavis vert de vessie et terre d'ombre naturelle sur l'ensemble du premier plan (gauche et droite) en accentuant les espaces sombres de la végétation 
- remarquez maintenant comme les parties masquées ressortent sur le fond sombre
ETAPE 7 :
Dans le détail au-dessus, vous pouvez utiliser le manche de votre pinceau pour travailler le fouillis végétal du premier plan, en déplaçant la peinture humide, sans qu'il soit nécessaire d'en ajouter d'autre.
ETAPE 8 :
A ce stade, prenez du recul pour examiner l'ensemble de l'aquarelle.
Les principaux éléments de la composition sont installée (le fond). 
Vous allez par la suite, commencer à mettre en valeur le centre d'intérêt du tableau.
 ETAPE 9 :
- peindre le rideau d'arbres qui bordent l'horizon avec un mélange de vert de vessie et de terre d'ombre naturelle
- travaillez sur papier sec
- tandis que la peinture est encore humide, repasser avec la pointe du pinceau et de quelques mouvements rapides suggérer l'ondulation des arbres.
ETAPE 10 :
Pour donner plus d'intérêt au premier plan
- ajoutez une large zone d'ombre en diagonale, de gauche à droite
- utilisez à cet effet un lavis très léger de vert de vessie mélangé d'ocre jaune.
Celui-ci a été appliqué sur un fond bien sec, de façon à ne pas altérer les couches sous-jacentes.
- utilisez une plume pour définir quelques détails de la végétation
(il serait peu économique de préparer suffisamment de mélange pour y plonger la plume, il est préférable d'appliquer la couleur sur la plume à l'aide d'un pinceau)
ETAPE 11 :
- préparez un mélange de vert de vessie et de terre d'ombre naturelle
- sur papier sec, réalisez un délicat réseau de tiges et de feuilles
(peignez parfois les formes et parfois les espaces) 
  ETAPE 12 :
A ce stade, prenez le temps d'examiner l'ensemble de votre travail.
On peut y étudier l'évolution du tableau.
A mesure que l'on façonne le premier plan, celui-ci se détache du fond et se rapproche de l'observateur.
En conséquence, les autres plans semblent fuir vers la ligne d'horizon et le ciel.
Comme en témoignent les arbres au loin et les ombres au premier plan, des zones de contraste ont été ajoutées. 
  ETAPE 13 :
- laissez sécher
- éliminez le masque "draxing-gum" avec un léger frottement des doigts, le blanc du papier apparaît intact
- veillez à ce que la peinture soit bien sèche avant d'en frotter la surface, pour ne pas risquer de souiller les blancs et de compromettre votre tableau
(le masque liquide ne se révèle pas seulement un auxiliaire précieux, il procure un grand moment de satisfaction lorsque vous l'éliminez et que le papier se révèle dans toute sa pureté)
ETAPE 14 :
- ajoutez sur papier sec quelques tiges et de délicates touches de couleur figurant les petites feuilles 
- travaillez votre premier plan avec beaucoup de rigueur 
- réduisez les formes à leur plus simple expression 
 ETAPE 15 :
- ajoutez quelques touches de rouge de cadmium pour évoquer les coquelicots 
(l'impact de ces quelques notes de couleur dans le tableau final sera décuplé. C'est une loi physique, en vertu de l'aquarelle deux couleurs complémentaires juxtaposées se font valoir mutuellement.)
ETAPE 16 :
- passez un léger lavis sur quelques-unes des parties préalablement masquées de façon à obtenir des zones claires, mais adoucies puisqu'il s'agit des tiges. 
 
 ETAPE 17: 
Les touches finales sont apportées en ajoutant un léger lavis sur les champs afin de suggérer les ondulations du terrain.

Sans doute avez-vous au premier abord jugé ce fouillis de verdure trop difficile à exécuter, mais, vos craintes une fois apaisées, vous vous sentez certainement capable de traiter d'autres sujets analogues.

Exercez-vous et surtout n'hésitez pas à recommencer ....mais peut-être un peu plus tard !....
 

Apprendre à poser des rehauts :
Initiation - Un décor champêtre.

L'art de l'aquarelle : Cours d'aquarelle